Enfants d'Espagne

Enfants d'Espagne

28.5.17

GREG ALLMAN

The Allman Brothers Band, groupe formé par deux frères Duane et Gregg, combo dit de rock, d'un blues foisonnant d'archipels, embrassait les traces de fréquentations prolifiques (les séances de Duane pour King Curtis, Aretha Franklin, Laura Nyro, Wilson Pickett, Otis Rush, Percy Sledge, Boz Scaggs, Delaney & Bonnie, Herbie Mann...). Leur troisième album At Fillmore East est une merveille. Duane s'est tué en moto en 1971 éclatant cette fraternité explicitement puissante. Gregg continua le groupe avec une ombre fraternelle prégnante proposant le très réussi Brothers & Sisters popularisé en France en 1973 avec l'instrumental "Jessica" qui servit de générique de "Pas de Panique" de Claude Villers sur France Inter. L'esprit de Duane ne quitta jamais Gregg... qui ce 27 mai vient de s'éclipser.

27.5.17

I'M NOT YOUR NEGRO


Le film de Raoul Peck "I'm not your negro" est, par l'éloquence tellement précise et vivante de James Baldwin, une histoire en perspective de l'Amérique, sa maladie suprémaciste, sa dépendance au racisme, une réflexion affilée de ce qui constitue l'identité américaine même. "Le monde n’est pas blanc, ne l’a jamais été, ne peut pas l’être. Le blanc est une métaphore du pouvoir". Au cœur, l'image bouleversante de Dorothy Counts, à quinze ans, bravant seule une foule qui la moque, lui crache dessus, lui jette des pierres, marche vers le lycée où elle s'est inscrite. Selon les mots de Baldwin qui résonnent tant aujourd'hui "L'Histoire n'est pas le passé, c'est le présent."

25.5.17

ELLINGTON ALL STAR ROAD BAND

Comment saisir l'indicible émotion, transcrire la description du partage existant, imager la relation réciproque, la respiration émerillonnée qui transpirent lors d'un moment enregistré ? C'est sans doute la question que tout producteur (définition incertaine) d'albums phonographiques se pose (devrait se poser).

L'album All star road band (volume 1) de Duke Ellington * enregistré en juin 1957 par Jack Towers et produit par Bob Thiele est une irrésistible réponse, un éclat ! L'orchestre joue lors d'une soirée dansante à Carrolltown (Pennsylvanie). Entièrement à l'aise, il s'exprime pleinement sans besoin surjoué d'affirmation, mais avec un sens phénoménal de l'existence poétique, de ce qu'elle permet de libération et de fondamental imprévisible. Avec l'orchestre : les danseurs. L'œuvre est collective, parlante, et chacun s'y exprime, encouragé en permanence. Tout est rêvé, vécu, solidaire, entraînant, expérimental, plein, plein, plein et partout les étincelles naissent. La tradition ne s'oppose à aucune audace, le quotidien est sublime. Un petit monde de vaillance, de rire, de confidence et d'amour.

Mieux qu'un témoignage, le disque transfère tout cela jusqu'à une autre expression. Jack Towers su exactement où placer ses microphones ou peut-être se laissa-t-il simplement guider. Dansait-il lui-même ? Dans quel coin de la salle ou de l'univers Bob Thiele fumait-il la pipe pour piger cette intense bonne pioche ? Tout apprenti producteur (définition incertaine) de musique enregistrée concentrée en album (y compris après 37 ans d'exercice physique) se doit de connaître cette empreinte, y réfléchir.

*Avec Paul Gonsalves, Johnny Hodges, Russell Procope, Harry Carney, Jimmy Hamilton, Ray Nance, Britt Woodman, John Sanders, Quentin Jackson, Clark Terry, Harold "Shorty" Baker, Willie Cook, Duke Ellington, Joe Benjamin, Sam Woodyard

14.5.17

TOUJOURS PLUS FORT

Bon, c'est vrai que ça fait Monsieur Muscle, mais est-il vraiment obligatoire de faire toujours plus fort que son prédécesseur ?
Les assignations à résidence d'opposants, la criminalisation de l’action syndicale, les détentions arbitraires de manifestants, la nouvelle loi pour étendre l'utilisation d'armes à feu par la police, la répression policière accrue, son impunité en cas de crimes, la généralisation du renseignement pour les personnes, le projet de déchéance de nationalité, les suppressions de postes dans les hôpitaux, à EDF, Air France, SNCF, Alstom, le bradage d'aéroports, la loi travail, les suppressions de lits dans les hôpitaux, la prolongation des concessions autoroutières, la loi Rebsamen, la baisse des APL, la hausse phénoménale du nombre de SDF, l'amputation du budget de Pôle emploi, l'amnistie totale pour les banques, la diminution du budget de protection sociale, les 900 millions d’euros de réduction d’impôts pour les plus riches etc. etc.
Le fiston adoptif héritier qui a déjà participé à tout ce fourbi va-t-il faire encore plus fort que son tuteur ?


Photo : B. Zon

12.5.17

SI LUDWIG SE JOUE DE L'EMPIRE,
QUI EMPIRE NE PEUT SE JOUER DE LUDWIG

En 1804, Ludwig Van Beethoven entra en rage lorsqu'il apprit la proclamation de l'empire par Napoléon Bonaparte. Il composa d'ailleurs plus tard La bataille de Vittoria (titre français gêné aux entournures, l'appellation d'origine étant Wellingtons Sieg, op. 91), pièce célèbre parce qu'elle raillait l'Empereur et parce qu'elle est considérée comme la première œuvre de musique écrite introduisant dans la partition des objets sonores (canons, mousquets etc.) en plus des instruments de lutherie, ce bien avant Russolo. On s'étonnera donc qu'au XXIe siècle un Napoléon (pour l'instant) en herbe  (pyramidale) ait l'idée de s'auto-introniser au Louvre dans le domaine des rois, sur une symphonie de  de Ludwig Van Beethoven. Cocktail d'ignorance et d'imposture en forme d'annonce ?

3.5.17

JIDÉHEM

Jean De Mesmaeker alias Jidéhem n'est plus. Créateur de Ginger en 1954, il rejoint l'équipe de Spirou en 1957 et devient de suite l'inséparable compagnon de Franquin qui lui confie volontiers certains des premiers strips de Gaston Lagaffe. La complémentarité est idéale. Jidéhem dessinait les voitures comme personne et c'est encore lui qui les croque dans bon nombre d'aventures de Spirou et Fantasio. Dans un monde de BD bien trop mâle, il fait apparaître en 1964 Sophie, héroïne qui vivra une vingtaine d'aventures. Le patronyme de Jidéhem, lui, deviendra célèbre grâce à la création par Franquin d'un inutile businessman et ses contrats impossibles à signer. Signe des temps.

1.5.17

ARAM PÉCHINE

Ce matin de 1er mai sur France Inter à 8h55, le sketch honteux (aussi inspiré qu'un numéro raciste de Pierre Péchin) de Sophia Aram (qui s'empresse bien sûre de dire à la fin que ses enfants à elle ne parlent pas comme ça) ridiculisant la jeunesse qui cherche avec ses moyens parce qu'elle étouffe, qui réfléchit autrement que ses ainés, qui se révolte comme elle peut, qui n'accepte plus, qui pourrait aussi nous amener à repenser notre propre enlisement, en dit long sur les raisons même de l'état de délabrement où nous sommes arrivés et de ses responsables.

Image : Semeur à la volée par Vincent Van Gogh, peintre de conviction