Enfants d'Espagne

Enfants d'Espagne

27.2.10

ITINÉRAIRE BIS (3)
DES OURS, DES CHATS, DES BISONS ET ENCORE DES ÉTOILES À SONS D'HIVER


Alors que François Corneloup, Hélène Labarrière et Jacky Molard étaient passés saluer leurs amis de Fantastic Merlins à Langonnet le dimanche précédent, le baryton, de retour sur les terres du Val-de-Marne, retrouvait ses amis Tony Hymas, Stokley Williams et Mike Scott pour ancrer le 13 février cette nouvelle mouture d'Ursus Minor en compagnies de Boots Riley - qui fut en 2003 de la première aventure à Villejuif (Zugzwang) - et de Desdamona jamais vue et entendue (c'est une excellente expérience de faire les deux en même temps - en général et en particulier) en France. À Sons d'Hiver, les ours font mieux qu'hiberner, ils se ressourcent, se redéfinissent pour commencer, en fortes paroles et en gestes de sons et de sens, leurs longs parcours à ciel ouvert. Nous sommes dans un monde où les choses et les êtres nous parlent parce que si proches - et l'on retrouve les étoffes de Cécile Borne. Quelques prises les deux jours suivants prolongèrent cette belle nuit de Fontenay-sous-Bois. La nature se meut sans cesse et ces jours heureux produisent du devenir (un devenir voisin de celui engendré par les luttes), comme une connaissance des mouvements.




























































































































































































































































































































































































Merci encore à toute l'équipe de Sons d'Hiver, à Asperanto, aux Allumés du Jazz et la belle présence de Valérie et Cécile, à Jenny, aux enfants Mehdi et Coline, à Olivier et sa super Gretsch, à Jérôme et François et aux visiteurs et visiteuses amicaux-cales dont la présence fait toujours chaud.



Photos : B. Zon, Leda Le Querrec

25.2.10

ITINÉRAIRE BIS (2)
DES CHATS, DES BISONS, DES ÉTOILES ET D'AUTRES OISEAUX À LA GRANDE BOUTIQUE


"Je marche sur le rivage. J'arpente les grèves. Ma collecte : des tissus échoués, chiffons abandonnés par la mer dans le sable, fragments de mémoires, vêtements élimés venus du large, vestiges d'un monde flottant. Par le jeu des métamorphoses, je redonne corps à des matières désaffectées, issue du rebut du monde, épuisées, grignotées. Je découds, recolle, assemble les fragments. J'interroge les lignes, les tâches, les accidents. Je tente de reconstituer les bribes d'une histoire décousue."
Ces mots de Cécile Borne, familière de La Grande Boutique de Langonnet résonnent de nos simples recherches rarement formulées. La lutte des classes est aussi la lutte des corps, celle des absents limitateurs contre les présents qui assemblent les morceaux d'existences imputrescibles en ensemble réel.

Le 6 février, la navette de Sons d'Hiver emmène Fantastic Merlins et Kid Dakota à la Gare Montparnasse. Direction Lorient, puis Langonnet, autre île pour espéristes attentifs aux étoiles comme au chant des insectes. Tout le monde s'installe à La Grande Boutique, lieu qui pourrait trouver cousine définition dans ce passage de l'Homme Révolté d'Albert Camus : "Les pensées révoltées, celles de la Commune et du syndicalisme révolutionnaire, n'ont cessé de crier cette exigence de liberté et de justice à la face du nihilisme bourgeois et du socialisme césarien. La pensée autoritaire, à la faveur de trois guerres et grâce à la destruction physique d'une élite de révoltés, a submergé cette tradition libertaire. Mais cette pauvre victoire est provisoire, le combat dure toujours.".

En pleine amitié, il est, lors de succulents repas fraternels, question de Diogène, de tocsin, d'habitat, de résistance, de populations, de rythmes, de seconde école de Vienne, de l'inutile de la vanité, de forêt, de la prohibition à St Paul Minnesota et plus encore de nos lignes d'horizons. Les mégalites de la forêt aux loutres en eau claire prononcent le matin, avec une douceur de mousse végétale, le rappel de nos êtres. Les enfants sont libres.

Les Merlins, qui n'ont jamais été si proches de Brocéliande, partagent la soirée du lendemain avec le duo Guillaume Roy (violon alto) et Badgreen (images tactiles) dont le set se termine par une intense mélodie épousant la carte du ciel ; superbe relais pour annoncer les lueurs d'How the light gets in.












Merci à Bertrand, Cécile, Michel, Perrine, Manon, Valentine, Dany, Annie, ... pour cet accueil qui porte si loin.

Site de Cécile Borne



Photos : B. Zon

24.2.10

ITINÉRAIRE BIS (1)
SONS D'HIVER, DES CHATS ET DES BISONS


5 février, Sons d'Hiver invite Fantastic Merlins avec Kid Dakota pour une première française avant la sortie de leur disque How the light gets in le 8 mars et Jef Lee Johnson et son trio (Yohannes Tona, Charlie Patierno) dont le disque The Zimmerman Shadow paraît en magasins le 8 février grâce à l'Autre Distribution bien présente aussi ce soir. Soirée d'éclosions et de suggestions hardies. Façon de marquer cette année de 30ème anniversaire des disques nato, mais plus encore l'esprit compagnon qui existe depuis tant d'années entre le festival et cette maison. Une solidarité marquée à l'aube de ce nouveau chapitre plein d'espoir diurne après tant de peines nocturnes. On ne peut accepter les limites de la vie sans lui donner libre cours. Daniel Richard danse. La musique est lieu de rencontres énergiques et de révélations optimistes. Tout écoute, les dos font face, les allumettes sont diverses et les mains ont leur mystère pour la cueillette des sens. Il y aura des bulles, des bulles classiques et des bulles de limonade.






















































Merci à Leda, Fabien, Armelle, Axel, Denis, Nathalie, Claude, Philippe, Jacques, toute l'équipe de Sons d'Hiver et tous les amis, compagnons, visiteurs de trente ans - plus ou moins - de ce soir ou d'autres soirs qui ont fait ce jour en partage.


Photos : B. Zon, Z.Ulma


22.2.10

PERMIS DE TUER




Pendant que l'on s'inquiète de la "violence dans les écoles", deux campagnes d'affichage dans le métro invitent à la mort. L'une est une affiche de recrutement de l'armée française, l'autre d'une maison de jeux vidéo de guerre, la première a comme slogan "Devenez vous même.com", la seconde "Devenez vous plus que vous même.com". Les deux accroches, étrange coïncidence, ont la même typographie (on dira la même "police"). Et l'on s'inquiète, et l'on s'étonne etc.



17.2.10

ERRARE SICLIERUM EST


Au moins deux erreurs se sont glissées dans une sorte de compte rendu de concert de la soirée de Sons d'Hiver du 5 février écrit par ce vieux routier de la critique Sylvain Siclier et publié par le quotidien régional-futuriste Le Monde (fondé par Hubert Beuve-Méry en 1944) le 8 février (daté du 9). Le disque de Jef Lee Johnson s'intitule The Zimmerman Shadow et non The Zimmerman Show et Leonard Cohen n'est pas né le 21 septembre 1943, mais le 21 septembre 1934. Un peu d'attention que diable, de telles erreurs ont de quoi faire tourner le Zimmerman Shadok !


2.2.10

LES AFFAIRES DE STYLE SONT LES AFFAIRES DE STYLE POURVU QUE LE SOUFFLE CONTINU




Sons d'Hiver et le Souffle Continu eurent la bonne idée d'organiser le 27 janvier un débat présenté par Alexandre Pierrepont avec quelques producteurs de musique liée au jazz. On y retrouvait Stéphane Berland pour Ayler Records, Michel Dorbon pour RogueArt, Mathieu Immer pour Amor Fati, Jacques Oger pour Potlatch, Didier Petit pour in situ, Daniel Richard pour ex Universal Jazz, les Mondes du Jazz, Gérard Terronès pour Futura-Marge et Jean Rochard pour nato. Belle affluence et de plus critique et chaleureuse pour cette soirée à l'image de l'accueillante boutique. Même les nomades aiment à être content d'être quelque part. En guise de conclusion à moins que ce ne soit d'ouverture, le batteur Hamid Drake (dont le disque Reggaeology sort ces jours-ci) offrit un solo en pleins et déliés sans trou de mémoire. La citation de Don Cherry qu'il donna en exergue : "Le style c'est la mort de la créativité" résonna aussi fort que le plus puissant des mots de passe.

Le même jour dans Siné Hebdo, Denis Robert osait heureusement aller à l'encontre des louanges exagérées - voire typiquement obscènes - accompagnant la sortie du dernier livre de James Ellroy Underworld. James Ellroy est un grand cultivateur de style. Le 11 janvier, il passe au journal du matin de France Inter, la performance de petite provocation stylisée est attendue. C'est une auditrice posant une question parfaitement incongrue qui fait la différence. Elle est hors style, mais pourtant diablement révélatrice. Elle demande à Ellroy son point de vue sur l'emprisonnement de Leonard Peltier. Il ne sait pas de qui il s'agit et pire encore, aucun des journalistes l'entourant non plus. Une fois informé par l'auditrice, l'auteur du Dahlia Noir se contente d'un "qu'il y reste et qu'il se contente de ne pas avoir été exécuté, ce qu'il mérite" (cité de mémoire) et il ajoute "Sacco et vanzetti étaient coupables, les Rosenberg étaient coupables, tous étaient coupables...". Le message fascizoïde amuse les complaisants journalistes ; affaire de style et d'entre-soi ! On préférera et de loin à la lecture de ce faiseur faisandé, celle des instructives aventures de Denis Robert en bande dessinée (deux tomes parus) : l'Affaire des affaires scénarisées par Robert et Yan Lindingre et dessinées par Laurent Astier.

Samedi soir, coup d'envoi de Sons d'Hiver avec les élégances charnues d'Hamid Drake et les beaux pas de danse enfantins de Kahil El Zabar et Neneh Cherry. Chouette façon d'honorer Don Cherry fuyant le style sans avoir besoin d'écarter la mer. Certains musiciens des deux premières soirées de Sons d'Hiver se rendirent ensuite au Sunset où Gérard Terronès enregistrait l'une des formations les plus solides, unies et vivantes de l'histoire des musiques précitées : le trio d'Evan Parker avec Barry Guy et Paul Lytton. Picasso avait présagé le style comme composante de l'enfer, Evan Parker et ses compagnons nous ont rappelé que la seule continuité vivifiante était celle du souffle.

video

Images: B. Zon