Enfants d'Espagne

Enfants d'Espagne

30.9.07

LA HONTE



C'est le bras tendu et la main plate (assorti d'un arrogant V pour victoire) que les habitants du Palais-Bourbon (Palais construit pour la fille de Louis XIV, Louise Françoise de Bourbon) ont voté le 19 septembre la loi sur la maîtrise de l'immigration du ministre Hortefeux prévoyant la possibilité de recourir à des tests génétiques dans le cadre du regroupement familial. Le Sénat a rejeté le 26 septembre l'amendement concernant l'utilisation de l'ADN parce qu'allant "au-delà des principes posés par la loi sur la bioéthique du 6 août 2004". Parmi les opposants à cette loi, le sénateur Charles Pasqua, ancien Ministre de l'Intérieur, auteur d'une loi très dure pour les immigrés en 1993, a estimé que cette fois, ca allait trop loin. Lors des journées parlementaires du parti gouvernant l'UMP, un député a ironisé sur "l'axe cathos/francs-maçons" au Sénat contre les tests ADN. La loi reviendra devant l'Assemblée Nationale du Palais-Bourbon. LE BRAS TENDU JUSQU'OU ?





Dans un article publié en octobre 2006 intitulé 1942-2006 : réflexions sur un parallèle contesté, l'anthropologue Emmanuel Terray concluait ainsi : "Si les événements suivent leur cours actuel, il est vraisemblable que les analogies iront jusqu’à leur terme et que, dans trente ou quarante ans, des cérémonies de repentance seront organisées pour déplorer et désavouer la politique d’immigration pratiquée actuellement. Plutôt que d’attendre un tel dénouement, ne serait-il pas préférable de renforcer dès aujourd’hui la résistance à cette politique, en attendant d’y mettre fin dès que l’évolution de l’opinion le permettra."

20.9.07

JEAN PERSONNE



"Chers tous,

Vous êtes nombreux à avoir vu "Sous la glace " en avril et en juin.
Peut-être, selon le jour de la représentation et l'alternance des enfants, avez-vous vu une représentation où l'enfant, le petit Jean Personne, était joué par le jeune Constantin Cristev. Les parents de cet enfant sont moldaves, son père est opposant politique (il a été torturé et emprisonné en Moldavie), toutes leurs demandes d'asile ou de régularisation ont été refusées. Les Cristev ont reçu un avis d'expulsion et ils font actuellement appel. Passons sur le fait que c'est une famille parfaitement intégrée, dont tous les membres parlent un très bon français: Vasili, le père, est là depuis une dizaine d'années, sa femme Claudia et Constantin l'ont rejoint il y a trois ans, et son deuxième fils, âgé de deux ans, est né en France. Constantin est un enfant exceptionnel, parfaitement trilingue, le meilleur élève de sa classe, d'une finesse et d'une gentillesse ; il a été un merveilleux comédien sur le plateau, et il a une capacité formidable à s'intégrer dans une équipe, avec tout l'humour et l'intelligence qu'on peut rêver. Vasili a été arrêté ce week end, placé en centre de rétention, et est comparu hier matin devant le Tribunal de Grande Instance de Créteil. La juge l'a assigné à résidence - ce qui est plutôt une bonne nouvelle, comparé au centre de détention. Vasili a quinze jours pour quiter le territoire français, il comparaît devant le Tribunal Administratif vendredi matin prochain, et c'est ce jugement qui décidera du fait qu'il puisse rester ou non en France. Ils ont besoin de tous les soutiens possibles, même si hélas ils sont loin d'être les seuls dans ce cas....


Une pétition est en ligne à l'adresse suivante, n'hésitez pas à la signer et à la diffuser.
http://www.educationsansfrontieres.org/?article8222


Anne Monfort

15.9.07

MARX



Dans le second Manifeste du surréalisme, André Breton indique que "L'idée d'amour tend à créer un être, que l'idée de Révolution tend à faire arriver le jour de cette Révolution, faute de quoi ces idées perdraient tout sens". La question est bien là du monde que l'on souhaite sans perdre sa forme rêvée. Aujourd'hui, l'application directe du rêve est mise à mal avec une violence étouffée par les agents du cauchemar souriant. Antonin Artaud, sensible (très) observateur avait aussi remarqué que "Les spécialistes de la mort ne manquent pas, qui ont fait le projet d'empêcher le monde vivant de sortir de son cadavre". Contre ces spécialistes de la mort, retrouvons l'esprit de la famille Marx que Artaud appréciait beaucoup, des enfants de Simon Marrix, devenu Samuel Marx, jeune alsacien de 17 ans quittant la France pour les USA car il ne voulait pas faire son service militaire, et de Minnie Schönberg, jeune émigrée prussienne et mère magnifique. Leurs enfants : Groucho, Chico, Harpo, Zeppo et Gummo créeront eux -mêmes l'endroit de tous leurs espoirs, des étreintes insensées et vitales, des choses à vivre et des musiques à entendre. Artaud avait décrit La Soupe au Canard (Leo McCarey 1933) comme «Hymne à l’anarchie et à la révolte intégrale». Sans doute faudrait-il ce film projeter dans toutes les écoles. La révolte intégrale est celle qui réconcilie l'esprit et le corps, provoque la destruction bâtisseuse et met en chantier heureux et non rentable toutes les facultés. Revoir les Marx Brothers est indispensable si l'on cherche une boussole en ces temps impossibles pour pourfendre l'impossible et s'entendre libre.


1929 : Noix de coco (Cocoanuts)
1930 : L'Explorateur en folie (Animal Crackers)
1931 : Monnaie de singe (Monkey Business)
1932 : Plumes de cheval (Horse Feathers)
1933 : La Soupe au canard (Duck Soup)
1935 : Une nuit à l'opéra (A Night at the Opera)
1937 : Un jour aux courses (A Day at the Races)
1938 : Panique à l'Hôtel (Room Service)
1939 : Un jour au cirque (A Day at the Circus)
1940 : Chercheurs d'or (Go West)
1941 : Les Marx au grand magasin (The Big Store)
1946 : Une nuit à Casablanca (A Night in Casablanca)
1949 : La Pêche au trésor (Love Happy)

9.9.07

MAI ZETTERLING





Revoir récemment Mai Zetterling dans un de ses premiers rôles Tourments (Alf Sjöberg, scénario : Ingmar Bergman) suffit à rappeler quelle impressionnante comédienne, créatrice et femme elle fut. La justesse distinctement ouverte, la puissance réceptive de l'actrice suédoise interroge encore une fois de plus sur les oublis qui nous ridiculisent dès que la mémoire revient.

Elle joue en Suède avec Bergman (délicate Musique dans la nuit), Gustaf Edgren (Après la rosée vient la pluie) ou Alf Sjöberg pour la seconde fois (émouvante Iris dans Iris et le lieutenant).

Après la très post deuxième guerre mondiale leçon de tolérance typique du cinéma britannique d'alors de Frieda de Basil Dearden, elle passe les années cinquante en Angleterre et partage ses premiers rôles avec Tyrone Power, Danny Kaye, Dirk Bogarde ou Richard Widmark.

Lasse sans doute de l'étroitesse des scénarios proposés par la Rank (avec qui elle est sous contrat), cette fervente de littérature qui avait débuté sur les planches en Suède en interpétant Tchekov, Lorca et Sartre, commence une carrière de réalisatrice.


Les films sont brillants, intelligents et sensibles : Les amoureux (1964) avec Harriet Andersson, Jeu de nuit (1965) avec Ingrid Thulin, Docteur Glas (1967) et le formidable Les filles (1968) avec Bibi Andersson, Harriet Andersson et Gunnel Lindblom. On la retrouve comédienne dans Les Sorcières (avec Angelica Huston) et Hidden Agenda de Ken Loach.

C'est dimanche et c'est chouette de penser aux actrices que l'on aime.

5.9.07

THE MISFIT



L'actuel président des USA annonce dans "Dead Certain" sa biographie (signée Ray Draper dont le grand père était copain comme cochon avec George Bush premier) à paraître aujourd'hui, que suite à sa présidence (qui part en couille, mais quelqu'un doit déja avoir une idée pour l'avenir post présidentiel-ether de la Maison Blanche), il a l'intention de mettre sur pied à Dallas (on attache ses ceintures, c'est ultra tordant) : Le Fantastic Freedom Institute.

photo AP

1.9.07

LE JARDINIER D'ARGENTEUIL



Il paraît qu'il ne faut plus avoir honte d'être riche, qu'il faut assumer sa réussite de façon "décomplexée" (c'est pas des blagues, Neuilly relève la tête après des années d'humiliation). Mais pour que cette réussite soit pleine, il est impératif de se débarasser des mauvais éléments dits SDF (initiales modernes pour dire pauvres sans logement) facteurs d'un intolérable désordre. Le zèlé maire d'Argenteuil, Georges Mothron (qui a une formation de chimiste), a eu l'ingénieuse idée d'utiliser contre les délogés de sa cité, un produit répulsif : le "Malodore" (dangereux en utilisation concentrée). Il y avait déjà les sièges particuliers dans les espaces publics y compris le métro - où il est impossible de s'allonger - , les arrêtés municipaux anti-mendicité et anti-bivouacs, la suppression des toilettes publiques. Dans la ville de l'empereur Frêche, Montpellier, on dégage les pauvres sans logis du 1er juin au 30 septembre pour ne pas gêner le tourisme, comme à Toulon, Fréjus, Saint-Raphaël ou Nice. Dans la France des propriétaires, le progrès est en marche. La solution finale, c'est comme un doigt sur la gachette ou sur le petit bouton de la bombe H, ça titille.

Mais à Argenteuil, les employés municipaux ont refusé d'appliquer les consignes du maire et de ses conseillers. La résistance, la désobéissance, sont possibles tous les jours. C'est une bonne nouvelle de la rentrée.